lundi 6 avril 2015

Série du Printemps. Les Pirates #3 Bartholomew Roberts : "Oh le boulet!"

Aujourd'hui c'est lundi. Et le lundi, soit on mange tout le chocolat qu'on a trouvé dans le jardin, soit on lit "La petite histoire de l'Histoire"

Comme moi question cloches j'ai toute les tailles à la maison, de la plus petite à la plus grande, j'ai le plaisir de vous parler aujourd'hui du pirate qui a capturé le plus de navires : Bartholomew Roberts.

Surnommé le "Baronnet Noir", il a à son actif plus de 400 bateaux capturés ou coulés. Rien de moins! Il réalise même un jour l'exploit de capturer 22 navires en une seule fois! Et tout ça en 2 ans de carrière! Qui dit mieux?

La machine à remonter le temps a hissé le pavillon noir : alors établissez huniers et cacatois, c'est parti!

 
Mais qui es-tu Bartholomew?
 
- On pense qu'il est né vers 1682, mais personne n'entend vraiment parler de lui jusqu'en 1719.
 
- A cette date, il embarque comme second d'un sloop, une petite frégate, à la Barbade. Décrit alors comme grand et noir, il seconde le capitaine Davis dans le cadre de sa petite activité de transport...d'esclaves
 
- Seulement 6 semaines après le début de son embauche, le navire sur lequel il navigue est pris en embuscade par le Gouverneur de l'Ile du Prince. Durant la bataille, le capitaine Davis est tué.
 
- Pas de problème pour Bartholomew, qui a largement eu le temps de prouver son courage et sa bravoure au combat : il est largement élu capitaine. Nouveau look pour une nouvelle vie : il fait de son sloop un navire pirate!
 
- Il se dirige alors vers le Brésil et capture au passage un navire hollandais et en coule un autre britannique.
 
- En 1720, il croise la route d'un convoi de 42 navires marchands portugais escortés par 2 bateaux de guerres équipés de 70 canons chacun. Même pas peur : Bartholomew leur met une branlée grâce à son génie tactique. Il capture notamment un navire contenant plus de 30 000 livres sterling!
 
- Sauf que...pendant que notre pirate du jour inspecte l'un de ses autres bateaux, l'un de ses lieutenant, un irlandais du nom de Walter Kennedy se proclame capitaine du navire chargé d'or et s'enfuit avec... Loooooooooooseur! J'imagine très bien Kennedy faisant des gros "Fuck" à Bartholomew en s'éloignant...
 
- Poursuivi par la flotte anglaise, Bartholomew ne peut pas le poursuivre et doit s'enfuir à son tour. Il a par la suite refusé d'embaucher un autre irlandais jusqu'à la fin de sa vie.
 
- En 1720 toujours, il ne cesse de détruire ou capturer des centaines de navires au nez et à la barbe des autorités.
 
Le pavillon de Bartholomew Roberts : "A Barbadian Head / A Martinican Head"
- Installé incognito à Sainte Lucie du côté de la Martinique, il décime les navires français. Les prisonniers sont torturés férocement, d'autres sont tués. Ca sera le cas du Gouverneur de la Martinique, que Bartholomew capture et pend.
 
- En janvier 1721, il quitte la côte atlantique devenue trop dangereuse pour sa vie de pirate, et traverse l'océan pour aller tenter sa chance vers les côtes africaines.
 
- Durant la traversée, l'un de ses principaux navires, le "Good Fortune" est volé par l'un de ses capitaines : Thomas Anstis... Ca commence à devenir une habitude!
 
- Il arrive en Afrique en juin 1721 et capture 4 navires. Il n'en garde qu'un seul et se dirige vers le Libéria.
 
- Le 11 juin 1721, il rôde vers la Côte d'Ivoire et capture onze navires transportant des esclaves. Il demande une rançon de 8 livres de poudre d'or pour chacun des navires. L'un des capitaine refuse de payer : Bartholomew coule alors le navire et tout le monde avec (esclaves compris...)
 
- Il capture ensuite un navire de guerre français armé de 32 canons. Devenant une véritable menace, les britanniques lancent une chasse à l'homme pour le supprimer.
 
Clap de fin pour Bartholomew
 
- En février 1722, près du Gabon, le navire britannique "L'Hirondelle", attaque la flotte de Bartholomew. Plusieurs versions sur ce qu'il s'est passé alors, mais pour une raison que l'on ignore, il lance son bateau droit vers "L'Hirondelle". Manœuvre désespérée pour tenter la fuite ou erreur de jugement? Personne ne le saura jamais
 
- Quoiqu'il en soit, une fois à portée de canon, les anglais font feu. Une seule salve suffit...Bartholomew est touché par un boulet chaîné qui lui brise le cou.
 
- Avant que les anglais n'abordent le navire pirate, ses hommes respectent le serment qu'ils lui avait fait et jette son corps à la mer comme il l'avait toujours demandé en cas de mort durant le combat.
 
- Les membres d'équipages sont jugés rapidement : 74 sont acquittés, 70 pirates noirs retournent à l'esclavage, 54 sont pendus et 37 condamnés à des peines légères.
 
Un pirate pas comme les autres mais qui s'appelle pas Ziggy :
 
Outre sa formidable (mais courte) carrière, Bartholomew Roberts a forgé sa légende par sa personnalité qui sortait de l'ordinaire. En effet :
 
- Il était toujours bien habillé
- Il avait d'excellentes manières (sauf quand il torturait les gens bien sûr...)
- Il ne violait que les femmes de plus de 15 ans (Gentleman le gars)
- Il ne buvait pas d'alcool
- Il avait une très belle écriture
- Il était toujours rasé de près
- Il adorait la musique et avait toujours des musiciens sur son navire
 
De plus, c'est également lui qui a rédigé et rendu célèbre le fameux code pirate.
 
Si vous avez aimé cette chronique sur un pirate pas ordinaire, aimez, commentez, partagez!
 
La semaine prochaine, notre série du printemps continue avec cette fois un pirate français. Oui madame! Et j'aurais du lourd, du très très lourd!



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire